Allure du vainqueur après traversée

Destiné aux questions de joueurs confirmés.

Modérateurs: FONTANEL Patrick, MANÉ John-Alexandre

Allure du vainqueur après traversée

Messagepar AUGER Vincent sur 23 Mai 2018, 10:44

Je rebondis sur une phrase extraite d'un autre sujet mais que je préfère traiter à part dans un sujet dédié


MANÉ Diégo a écrit:Le découpage ludique de la traversée dispose que le vainqueur traverse l’ENI vaincu (et engrange aussitôt le bonus correspondant tout en maintenant son allure)
Dois je en conclure que dans le cas d'une traversée, le principe indiqué en page 9 de la règle (le vainqueur est POR/PAC/PCH selon qu'il a infligé 1/2/3 PAP d'écart) ne s'applique pas ?
Peux tu expliciter ce qu'il faut comprendre derrière "bonus correspondant" ?
Quelque soit l'allure que l'attaquant avait avant de commencer le combat, je pense que c'est le degré de résistance opposé par l'adversaire (ce que la règle traduit par son allure résultante du combat) qui détermine la vitesse en sortant (donc que conserver le principe allure du vainqueur = inverse de l'allure du perdant, avant prise en compte éventuelle du statut élite/milice est plus logique)

Je sais que c'est un usage courant de garder l'allure initiale mais je n'ai jamais compris pourquoi les traversées dérogeaient à la règle générale
Ludiquement votre




Vincent
AUGER Vincent
 
Messages: 396
Inscrit le: 14 Sep 2010, 23:05
Localisation: Paris (75)

Re: Allure du vainqueur après traversée

Messagepar FONTANEL Patrick sur 23 Mai 2018, 20:38

Je mets 50 centimes dans le nourrain et je suggère :

Suite à une traversée (et après résolution d'une MAC de manière générale), plutôt que de parler d'allure physique (qui, lors d'une MAC, est seulement évaluée "vraiment" par le test de moral, donc après ledit test), je préfère parler d'allure morale.
Suite à une traversée, l'environnement (càd les autres unités) prennent en compte une "allure" morale du traverseur (et du traversé) correspondant au résultat du CAC :
- PCH si 3 PAP d'écart favorable (ENI traversé = DER), un nouveau test de moral dans la suite de l'action part de "+4" pour le traverseur (cf test de moral) et de -3 pour le traversé.
- PAC si 2 PAP d'écart favorable (ENI traversé = RET) ...etc.
- POR si 1 PAP d'écart favorable (ENI traversé = REP)
- ARR si match nul (ENI traversé = HAL)
- REP si 1 PAP d'écart défavorable (ENI traversé = POR)
- RET si 2 PAP d'écart défavorable (ENI traversé = PAC)
- DER si 3 PAP d'écart défavorable (ENI traversé = PCH)

Suis-je clair et juste ?
La force d'une armée, comme la quantité de mouvement en mécanique, s'évalue par la masse multipliée par la vitesse.
[Napoléon Bonaparte]
FONTANEL Patrick
 
Messages: 1014
Inscrit le: 13 Fév 2004, 17:15
Localisation: Tournon sur Rhône (07)

Re: Allure du vainqueur après traversée

Messagepar AUGER Vincent sur 23 Mai 2018, 21:57

FONTANEL Patrick a écrit:Suite à une traversée, l'environnement (càd les autres unités) prennent en compte une "allure" morale du traverseur (et du traversé) correspondant au résultat du CAC :
- PCH si 3 PAP d'écart favorable (ENI traversé = DER), un nouveau test de moral dans la suite de l'action part de "+4" pour le traverseur (cf test de moral) et de -3 pour le traversé.
- PAC si 2 PAP d'écart favorable (ENI traversé = RET) ...etc.
- POR si 1 PAP d'écart favorable (ENI traversé = REP)
- ARR si match nul (ENI traversé = HAL)
- REP si 1 PAP d'écart défavorable (ENI traversé = POR)
- RET si 2 PAP d'écart défavorable (ENI traversé = PAC)
- DER si 3 PAP d'écart défavorable (ENI traversé = PCH)

Suis-je clair et juste ?
Ca correspond exactement à ce que je pratique actuellement mais qui n'est pas toujours ce que j'ai observé ni ce à quoi Diego semble faire allusion par son texte

Petite question annexe, si le traverseur victorieux souhaite s'arrêter, peut il le faire instantanément (son allure n'est que moral et pas physique, il vient de se battre) ou bien faut il compter les UD pour s'arrêter ?
Je sais qu'on ne compte plus les UD pour prendre une allure (le moral décide de l'allure) mais je trouve ludiquement intéressant qu'un cavalier ayant transpercé et mis son adversaire en déroute mette plus de temps à s'arrêter que celui dont le combat a été gagné de justesse.
Ludiquement votre




Vincent
AUGER Vincent
 
Messages: 396
Inscrit le: 14 Sep 2010, 23:05
Localisation: Paris (75)

Re: Allure du vainqueur après traversée

Messagepar MANÉ Diégo sur 25 Mai 2018, 15:11

Réponse DM aux questions soulevées par VA dans le post «Allure du vainqueur après traversée» (24/05/2018).

Eh bien en voilà une autre de bien polémique que je n’ai pas vue arriver.

J’avoue être interpellé par le côté logique du raisonnement de Vincent, comme de Patrick.
Et en plus c’est d’après ce que j’ai moi-même écrit page 9. C’est même tellement logique qu’il faudrait y souscrire sans arrière-pensée s’il n’y en avait justement une qui me gêne.

Cette dernière n’est pas ludique mais historique, or, vous le savez, l’Histoire est mon fil d’Ariane et j’essaie au maximum d’y conformer la règle.

Appliquer ce que vous préconisez empêcherait de facto plusieurs situations vécues de se voir traduites sur nos tables... Sans préjudices d’autres qui le sont déjà (empêchées), et auxquelles je réfléchis pour nous y adapter et les rendre possible à leur tour.

Actuellement nous assistons au «traversage» d’une ligne dès lors qu’il y a deux écarts d’allure en faveur du «traverseur». L’idée selon laquelle il traverserait «moins bien» en fonction d’un écart de pertes moins favorable pour lui est mathématiquement logique, et permettrait d’étalonner en rapport les différentes attitudes en découlant, mais...

Cela n’est pas sustenté par les écrits des témoins oculaires de telles actions, qui mentionnent même des «traverseurs» plus abîmés que les traversés et donc battus dans le processus sans avoir été ralentis (ni découragés) pour autant...

Or appliquer à ces cas relativement rares la règle générale revient à les ralentir dans leur élan, voire les arrêter, en vertu de la prise en compte de pertes qu’ils n’ont pas encore eu le temps de constater. Ce n’est donc pas d’une automatisation immédiate du processus qu’il faut attendre la suite, également immédiate, de cette (pour eux même) action, mais de l’éventuel test de moral nécessairement pratiqué alors pour engager une autre unité.

Pour la suite de l’action, comme il y eu combat il y a DDF pour le vainqueur (ou nul) et DES pour le vaincu... sans incidence sur l’allure du «traverseur» (déjà pénalisé par la(les) DDF). Par «bonus correspondant» pour le «traverseur» vainqueur il faut comprendre qu’il engrange un +1/+2/+3 fonction du niveau de sa victoire (1 pt par PAP d’écart), SANS considérer à ce stade la présence du vaincu (défait) dans son dos... Dont en revanche un éventuel AMI de ce "traversé" qui serait dans la foulée agressé par le «traverseur» devra tenir compte en malus idoine.

Ensuite, les distances d’arrêt que j’ai de facto supprimées dans mes raisonnements sur hexagones dans un but de simplification ne sont pas fausses pour autant, et si vous y êtes attachés vous pouvez continuer à les jouer. C’est toutefois le moment de le manifester car elles sont encore présentes sur l’AdJ 1.8... et l’AdJ 1.9 qui ne les a plus n’est pas encore officialisée, et je peux donc encore renoncer à ce «recul» s’il vous fait trop de peine.

Mais attention, en ce cas la distance nécessaire pour s’arrêter s’applique en toutes circonstances, y compris au «traverseur», la réponse à la question relative de Vincent est donc catégoriquement non, le «traverseur» de cavalerie ne peut pas s’arrêter «comme çà» (il s’agit alors bien d’allures physiques genre «charge incontrôlée») et subit une DDF par UD de «ralentissement» non parcourue.

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3177
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)


Retourner vers Espace vétérans

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron