les semaines de l'hexagone 2011, 2e partie

Je propose ici, d'une part un espace type "petites annonces" destiné à tous les inscrits qui ont à vendre ou cherchent à acquérir quelque chose ayant un rapport avec l'objet du site, et d'autre part la possibilité d'annoncer divers événements où d'informer au sens large de tout le relatif à l'activité ludique nous concernant. J'y ajoute l'information périodique des mises à jour du site.

Modérateurs: FONTANEL Patrick, MANÉ John-Alexandre

les semaines de l'hexagone 2011, 2e partie

Messagepar MASSON Bruno sur 03 Mai 2013, 20:32

la partie qui suit m'a vu affronter avec mes bavarois (organisés 1809) contre une partie de mes autrichiens, commandés par Benoît, alors très peu expérimenté sur la règle mais avec de très bonnes intuitions

le scénario était totalement fictif, avec un gros village au centre de la table dont le contrôle était indispensable au gain de la partie. je commence à gauche, Benoît à droite
Image

les autrichiens sont composés d'une brigade d'avant-garde avec trois escadrons du 5e hussards "Ott" à 12, le 14e grenzer "1e Szeckler" à 2x18 et une batterie würst à 8 pièces...
Image

puis d 'une brigade de ligne composée de 2 bataillons du 59e "Jordis"(2x15) et 2 du 22e "Nassau-Usingen" 2x18) appuyé par une batterie de brigade à 6 pièces de 6. une brigade de cavalerie de réserve (3e Dragons "Knesevitch" et 6e Cuirassiers "Moritz Liechtenstein" chacun à 12) complétait cette partie de l'armée Autrichienne.
Image

de mon côté, je disposait d'une bonne partie d"une division de marche du VIIe corps bavarois, tout d'abord la brigade de cavalerie du comte Seydewitz, avec le 2e dragons "taxis" et le 4e chevau-légers "Bubenhoffen" tous les deux à 12, accompagnés de la batterie à cheval de la division
Image

puis une brigade ad'hoc de la division du Kronprinz Ludwig, avec le bataillon léger n°3 "Bernclau" revenu du tyrol, du Leib-régiment et du régiment "Salern" appuyé par une batterie de brigade de 6 pièces de 6
Image

et enfin de la brigade Beckers de la division Wrede, avec le bataillon léger n°4 "Donnersberg" revenu aussi à l'armée principale précédé des régiments "Herzog Willhelm" et "Löwenstein", plus une batterie de 6 pièces de 6
Image

le début de la bataille nous voit agir selon des plans visiblement symétriques, avec une aile droite de fixation et une aile gauche marchante. sa cavalerie de réserve déborde donc sa brigade de ligne pour menacer mon flanc droit
Image

pendant que j'avance la totalité de ma cavalerie et tente avec audace, voir même témérité, de déployer ma batterie en première ligne sur la hauteur (on est bavarois, donc mêpapeur!!). toute mon infanterie s'élance vers le village avec les deux batteries à pied (sauf un léger et un bataillon de ligne que je garde en couverture de flanc droit),
Image

alors que sa brigade d'avant-garde reste un peu passive sur son aile droite.
Image

Image

vu la progression de son régiment de dragons, je forme mes deux bataillons d'aile en ligne, et il décide de tenter une percée sur le bataillon de ligne. Malheureusement celui-ci, appuyé sur le bois et le muret, fait un feu défensif qui suffit à arrêter l'allant des dragons. le reste du centre autrichien se déploie avant d'attaquer le village, alors que je m'y enfonce sans attendre.
Image

malheureusement pour moi, sur l'autre aile, mon impétuosité venait d'être punie. Profitant du fait que je m'établisait juste sur la crête, le régiment de hussards avait choisi de charger, et dans un bel ensemble, bouscula le régiment de dragons et captura la batterie à cheval. l'intervention des chevau-légers permit de garder les canons, mais cette batterie était effectivement neutralisée pour la plus grande partie de la bataille, et mon aile gauche était chancelante
Image

dans le village du centre, j’établissais mes schützen dans les maisons les plus exposées, avec le bataillon mère juste derrière pour reprendre l'obstacle si on les en chassait. néanmoins, l'autrichien plaçait ses canons en batterie à courte portée de mes troupes, et je me préparais à subir de lourdes pertes. Vu qu'il avait la supériorité numérique en artillerie, il était primordial de cacher mes deux batteries restantes pour éviter qu'il ne me les réduisent au silence.
Image

la cavalerie de réserve autrichienne changeait alors de position, les dragons observant mes unités de flanc tout en se reformant, alors que le régiment de cuirassiers se repositionnait au centre. pour essayer de les décourage, je plaçait une de mes batteries sur la route au débouché du village, mais une attaque coordonnée semblait sur le point de se déclencher, et l'ennemi disposait de 3 armes contre 2 pour moi.
Image
Image

sur l'aile droite autrichienne, l'absence d'artillerie bavaroise permettait au bataillon de grenz de former un gros carré dans la plaine, défiant mes chevau-légers, alors que sa batterie empêchait mon infanterie de s'avancer
Image

sortant un peu d'infanterie de derrière le village, je commençait à monter une attaque pour enfoncer ce maudit carré et emporter l'aile autrichienne. le général de division faisait de son mieux pour regrouper les fuyards
Image

au centre, on restait un peu statique en échangeant force gros coup de canons qui-font-mal
Image

mon attaque d'aile gauche était prête! selon le plan, le bataillon de ligne soutenu et dépassé par toute la cavalerie commençait par rompre le carré, qui était poursuivit et massacré par des chevau-légers, puis le reste de ma cavalerie se jetait sur les hussards pendant qu'ils était sous le coup de la défaite de leur fantassins.mais voilà, ça, c'était le plan...

un super mauvais jet de dé envoyait la synchronisation de l'attaque dans la poubelle de l'Histoire, et la cavalerie Bavaroise attaquait en premier, avec un carré de flanc voir dans le dos (et qui ne se privait pas de leur tirer dessus), se faisait raccompagner par les hussards tout heureux de cette offrande, et le pauvre bataillon d'infanterie, menacé sur le flanc par de la cavalerie ennemie, faisait une attaque pitoyable et prenait un feu nourri du carré qui l'envoyait méditer sur l'intérêt d'être le seul à suivre les ordres. j'en ai même raté la photo :wink: il y a quand même une réussite dans cet échec global, cherchez la....
Image

sur l'autre aile, l'autrichien préparait une attaque générale en combinant infanterie/artillerie ou cavalerie/infanterie sur deux unités qui étaient friables et esseulées. mon aile droite risquait de craquer très vite
Image

au centre, l'autrichien prenait les deux maisons tenues par mes schützen, me forçant à les reprendre avec les seules réserves disponibles, qui allaient alors se trouver exposées à la batterie autrichienne. j'avais en même temps commencé à entamer les cuirassiers pour réduire la menace, mais mon seul vrais soulagement venait du fait que l'ennemi n'avait plus vraiment d'infanterie efficace sur ce point, les pertes des deux bataillons du centre ayant été très fortes.
Image

la charge de cuirassiers arrivait donc, mais le bataillon qui devait faire tomber la maison à la droite de la batterie bavaroise était trop diminué pour réussir, et donc cette charge se résumait à un sacrifice de cavalerie lourde tout à fait dans le style Froeschwiller (bon il s'en est fallu d'un point seulement pour que ça passe! la preuve, je n'ai pas eu la tête à faire une photo, trop occupé à réfléchir)

dès lors le village est à moi, et la victoire, mais je me permet une dernière photo, qui met un peu de baume à mon petit coeur meurtri; moi aussi, j'ai piqué la batterie à cheval de l'adversaire 8)
Image

Ca a été chaud, et on a bien rigolé (enfin, mon adversaire j'espère, moi, oui)
MASSON Bruno
 

Retourner vers Annonces diverses

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités

cron